Stromboli

Nous voilà pour deux jours sur l’île de Stromboli, au nord de la Sicile, pour clore notre voyage en beauté. C’est une des sept îles que compte l’archipel des Eoliennes, qui constitue la partie émergée d’une colossale chaîne de volcans. Le Stromboli est le plus actif de tous puisqu’il crache des geysers de lave plusieurs fois par heure depuis 5000 ans! Le cône volcanique occupe la quasi totalité de l’île et seuls deux petits villages ont pu s’installer sur deux vagues replats: Ginostra et Scari.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A peine débarqués du bateau, nous posons nos valises et enfilons nos chaussures de randonnée pour aller admirer la sciara del fuoco, grand toboggan naturel le long duquel dévalent jusqu’à la mer projections incandescentes et cendres crachées par le volcan. La montée est rythmée par les grondements du volcan jusqu’au point de vue. Le spectacle est au rendez-vous et nous restons jusqu’à la tombée de la nuit à admirer le feu d’artifice!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le lendemain, après une journée tranquille à déambuler dans les petites ruelles blanches et fleuries et à se baigner dans les eaux claires d’une petite crique de roches noires, nous sommes fin prêts pour l’ascension du Stromboli. Il faut obligatoirement se faire accompagner d’un guide et en cette saison, ce sont au moins dix groupes d’une vingtaine de personnes qui se suivent à la queue leu leu sur les flancs du volcan. Toutefois, le spectacle est tellement fabuleux, qu’une fois assis en rang d’oignon sur la crête, on oublie que l’on est pas tout seuls et on ne pense qu’à profiter du spectacle. C’est vraiment un final en beauté!!!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

La vallée des temples d’Agrigente

Il s’agit en réalité d’une longue crête de deux kilomètres, parsemée de nombreux vestiges de temples grecs et le long de laquelle serpente la muraille de l’antique cité d’Akragas. La vue s’étend d’un côté jusqu’à la mer toute proche, de l’autre sur la ville moderne d’Agrigente. Le contraste est saisissant quand on aperçoit, entre deux colonnes doriques, les barres d’immeubles de la ville… Malgré tout, le site, planté d’oliviers et d’amandiers, garde tout son charme et les panneaux explicatifs très bien conçus permettent sans peine d’imaginer la vie ici il y a 2600 ans!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A quelques kilomètres à l’ouest d’Agrigente, nous nous arrêtons à la « scala dei Turchi », une plage bordée d’une falaise de marne blanche éclatante qui forme un escalier naturel jusqu’à la mer. Le site est magnifique mais noir de monde et nous nous rabattons sur une plage moins fréquentée pour finir la journée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Monts Iblei

Aujourd’hui, nous partons en excursion à l’intérieur des terres. Les monts Iblei sont en réalité une succession de douces collines calcaires couvertes de champs délimités par des murets de pierres sèches, entrecoupées de plateaux désertiques ravinés par le lit de rivières pour la plupart à sec en cette saison. Quelques villages boudés par les touristes s’accrochent sur les promontoires rocheux. C’est très beau malgré la brume de chaleur qui ternit un peu le jaune des blés fauchés.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A quelques pas de la ville de Piazza Armerina, nous nous arrêtons pour visiter la Villa Romana del Casale. C’est somptueux! Cette villa romaine du IVème siècle avant JC a vu ses sols miraculeusement conservés par une coulée de boue : 3500 m2 de mosaïques magnifiques qui forment une véritable BD géante : les enfants sont subjugués!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Syracuse

Syracuse est une ville magique! Une fois passés les friches industrielles et les affreux immeubles de la périphérie, on ne sait plus où poser ses yeux. L’Histoire se lit à chaque coin de rue, de l’amphithéâtre romain, aux temples grecs transformés en églises, du labyrinthe de petites rues du quartier arabe médiéval à la magnificence des places baroques… le tout baigné par la mer ionienne… nous avons adoré!

Nous commençons nos pérégrinations par le quartier antique de Néapolis. C’est là que se concentre la majorité des vestiges de la cité grecque et romaine : théâtre, amphithéâtre, autel sacrificiel immense (200 m de long: on y sacrifiait jusqu’à 100 bœufs à la fois!), anciennes carrières appelées latomies d’où les esclaves ont extrait le calcaire nécessaire à la construction de la ville creusant de gigantesques grottes (la plus célèbre, « l’oreille de Dyonisos » atteint 50 mètres de hauteur!)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous passons ensuite l’après-midi à flâner dans la presqu’île d’Ortygie, berceau historique de la ville. Nous apprécions particulièrement les ruelles étroites, pleines de vie et ombragées (!) qui jouxtent le marché!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au sud de Syracuse, nous avions prévu une journée randonnée dans la réserve ornithologique de Vendicari… c’était sans compter sur la canicule du jour : en arrivant au parking de départ, le thermomètre de la voiture indique 40°C… A 800 mètres de là, une plage aux eaux cristallines nous tend les bras et nous passons trois heures à barboter 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Villes baroques du Val de Noto

À la fin du XVIIème siècle, le Sud-Est de la Sicile a été touché par un tremblement de terre d’une violence inouïe, qui a rayé de la carte une soixantaine de villes. Elles ont été rebâties dans un style baroque et présentent une vraie unité architecturale : larges avenues orthogonales, vastes places, riche ornementation des portes, fenêtres, balcons qui contraste avec la sobriété des murs…

C’est particulièrement le cas à Noto: se promener dans les rues de cette petite ville donne l’impression de déambuler dans un décor de théâtre tant l’harmonie entre les bâtiments est parfaite… à plus forte raison quand on s’y balade comme nous en début d’après midi : à l’heure de la sacro-sainte sieste, les rues sont quasiment désertes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Raguse, en revanche, la reconstruction a opposé les habitants : alors que les bourgeois souhaitaient reconstruire la ville sur une colline voisine, plus étendue, les aristocrates ont préféré rebâtir à l’emplacement originel. Deux villes parallèles ont donc vu le jour : Ragusa superiore sur la plus vaste colline, déploie ses monuments le long de larges avenues perpendiculaires alors que Ragusa ibla a gardé les ruelles étroites héritées du Moyen Âge. Les deux villes sont reliées par une impressionnante volée d’escaliers bordée d’églises et de palais somptueux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.